Degemer mat hag Gwellañ hetoù

La Presse d'Armor

Pratique en Bretagne : Dimitri Souriaud fabrique des horloges à marée !

Original. Le Breton Dimitri Souriaud fabrique des horloges à marée artisanales. Grâce à ce cadran, en un coup d'œil, on sait s'il est temps de partir pêcher, en mer ou se baigner. 

Dimitri Souriau présente le dernier modèle d'horloge à marée
Dimitri Souriaud présente son dernier modèle d'horloge à marée.  ©La Presse d'Armor

Comment est la marée ? Cette interrogation, ils sont nombreux à se la poser chaque jour en Bretagne : pêcheurs à pied ou en mer, plaisanciers, baigneurs, surfeurs ou simplement promeneurs. 

Avec une horloge à marée, plus besoin d’éplucher le calendrier ou les sites dédiés, il suffit de la regarder. En un coup d’œil, elle indique s’il est grand temps, ou non, de partir

Fabrication artisanale

Si l’ustensile est vendu dans des magasins spécialisés, Dimitri Souriau (Plouha, Côtes-d’Armor), lui, les fabrique et les commercialise. 

Sur la forme d’un cadran, elle vous indique la marée montante et la descendante ainsi que le temps restant avant la pleine ou la basse mer.

À midi, la mer est haute et sur le six, c’est marée basse. D’un seul coup d’œil, vous visualisez tout et le temps restant avant la pleine mer ou la basse mer !

Dimitri Souriaud, artisan-créateur 

12 h, 25 mn, 14 s !

Côté fonctionnement,L’aiguille tourne grâce à un mécanisme à quartz ; elle parcourt la totalité du cadran en 12 heures, 25 minutes et 14 secondes, c’est l’intervalle moyen entre deux marées.

Et une fois le premier réglage effectué, sur la base d’un coefficient de 90, nul besoin d’y toucher! « Il reste juste une petite vérification de la pile à faire et peut-être un petit recalage lors des grandes marées d’équinoxe. Mais c’est simple d’utilisation, il n’y a qu’une molette à tourner. » 

Fan des algues

Après plusieurs années comme chef d’entreprise dans la restauration, Dimitri Souriau a créé courant 2020 cette nouvelle activité, en lien avec sa passion de la mer.

Longtemps chef cuisinier dans les Côtes-d’Armor, Dimitri Souriau est friand d’algues. Des dulses, laminaires ou haricots de mer, qu’il ramasse fraîches et vivantes au plus bas de l’estran : « Je ne ramasse pas celles des plages ». Il les prépare à sa sauce, les congèle et les déguste au gré de ses envies. 

Et pour être au taquet, à toute heure, il a commencé à s’intéresser aux mécanismes de ces horloges peu banales… 

De la cuisine au cadran

Las de son métier de cuisinier, trop chronophage, Dimitri Souriau s’est dit qu’il pourrait en faire son métier.

On trouve des horloges à marée mais en laiton ou cuivre. Mais je ne suis pas très fan du style. Je me suis dit que je pouvais les moderniser.

De prototypes en étude de design, le pêcheur d’algues de 53 ans a franchi le cap de la reconversion, après un stage de création d’entreprise à Ploufragan. 

Il a pensé des horloges simples à manipuler, au décor épuré, vendues de 59 à 69 € pièce. Je propose des fonds neutres, colorés, ou bien j’achète des photos marines à des photographes. J’en ai même une avec le personnage d’Armorine, Bretonne imaginée par Karine Georgel une créatrice de Saint-Quay-Portrieux.

Ses créations estampillées « fabriqué en Bretagne », qu’il vend sur les marchés ou sur son site internet , commencent à se faire un nom… car elles tiennent la marée ! 

Infos pratiques : Pour de plus amples informations de vive voix, venez le rencontrer au marché de Noël à Tréveneuc le 19 décembre, sur la place du bourg de 10 h à 18 h. Il est aussi présent chaque semaine sur des marchés des Côtes-d’Armor : Lundi : Saint Quay Portrieux « Le Vieux Port » ; mardi : Paimpol ; mercredi : Plouha ; jeudi : Binic ; samedi : Erquy ; dimanche : Plérin. Sinon, vous pouvez consulter sur le site

 eizhbreizh.com

.  Contact : 06 95 12 02 27.